Après un long périple à travers le Désert, la Croisade arriva quasiment exsangue sous les portes d’Antioche. Toujours menée par Bohémond de Tarente, Raymond de Saint-Gilles, Robert Courteheuse Tancrède de Hauteville et Pierre l’Ermite, elle installa comme elle pouvait le siège sous la puissante forteresse.

Mais des cinq bataillons de la Croisade, chacun mené par un chef, deux seulement restaient motivés à se battre pour autre chose que pour leur survie. Pour la Victoire. Il s’agissait des bataillons de Bohémond de Tarente et de Raymond de Saint-Gilles. Après la demi-victoire à Dorylée, presque tous les chevaliers avaient perdus leur monture, et un homme sur six était mort de faim et de soif. Seule la volonté de ces deux chefs tenait encore l’unité du groupe.

Mais des dissensions aussi commençaient à se faire sentir au sein même d’Antioche. Après sept longs mois de siège, l’arrivée de renforts des deux côtés, tout semblait sur le point d’exploser en un immense massacre, néfaste pour tous les camps. Surtout au vu des événements étranges et divers sabotages qui rongeaient les deux camps. Aussi, à l’orée d’une forêt au pied du mont Silpius, sous les remparts même de la ville, des petits groupes de toutes les forces en présence furent rassemblés pour mettre un point définitif à cette histoire. Car avec Antioche, c’était la porte de l’Orient qui s’ouvrait, et la chute des Seldjoukides. Avec eux, celle de Jérusalem. Mais en cas de destruction de la Croisade, Byzance même voyait son existence remise en cause par la confirmation de la montée en puissance des Seldjoukides. Dans cette clairière, l’opposition entre Islam et Chrétienté, entre Ouest et Est, entre Nord et Sud, toutes trouveraient leurs solutions.

Les meilleurs éléments de chaque camp furent envoyés, et les règles du jeu définies entre les chefs. Cette clairière serait bloquée, déjà encerclée par les corps d’armée épuisés, et les émissaires débloqueraient la situation. Que ce soit par les armes, la parole ou l’argent… Chaque homme, femme ou enfant qui rentrait dans cette zone mettait sa vie au service de ce qu’il défendait. Et acceptait de la perdre !

Les règles de la rencontre furent strictement posées. Le premier soir, les hommes n’auraient pas le droit de sortir de leur campement. Les arbitres de la rencontre, un consortium d’intellectuels pacifistes de chaque religion majeure, de diverses nations, pourraient ainsi tenter de trouver une solution la moins sanglante possible. La journée suivante serait dédiée à la parole. Une nouvelle nuit de réflexion permettrait aux participants de réfléchir, puis ils sortiraient le lendemain à midi de zone, rendant leur verdict. Tous les hommes s’y plieraient. Que le verdict soit la guerre ou la paix, la victoire de l’un ou de l’autre.

Dès le matin du 28 mai 1098, la clairière commença à fleurir des étendards et des tentes de chaque camp. Chacun fourbissait qui ses armes, qui ses fioles, qui ses parchemins. Au milieu du camp, une tourelle de bois, construite par les gens d’Antioche, servait de repère. A côté d’elle, les quatre étendards des quatre intellectuels responsables de la réunion. Aussi médecins réputés, tous les regards se tournaient vers leur tente dès qu’un soupçon de traîtrise se faisait sentir.

Outre le grand étendard blanc orné d’une Croix Rouge assez particulière flottant sur la tourelle, on pouvait admirer les étendards byzantins et hongrois à l’Est, turcs, égyptiens et almoravides au Sud, ceux d’Ordres Religieux catholiques et des Croisés à l’Ouest, et enfin ceux d’une puissante Guilde vénitienne et celui, bien connu, d’un groupe de mercenaire réputé, au Nord de la tourelle. Chaque point cardinal était administré par un des quatre intellectuels, une des quatre religions. Orthodoxie, islam, catholicisme ou judaïsme.

A ces moments clés où l’Histoire elle-même est en jeu… Qui aura la force de la faire basculer de son côté ?

---------------------

Ce jeu de rôle se veut historisant, et non pas historique. Basé sur une uchronie commencée en 1095, il correspond à un noeud d'intrigues. Les joueurs adeptes du bourrinisme s'ennuieront, puisque les mots clefs sont ambiance, intrigues et mystères.

Des forums de délégation ont été ouvert pour permettre aux joueurs de s'organiser. ( http://www.andlr.ch/forum/viewforum.php?f=3 , ces forums sont cachés au public pour éviter les indiscrétions de délégation)
Le couchage ou la nourriture ne sont pas inclus, exception faite du banquet historisant du samedi soir.

Êtes-vous intéressé par cet événement?
2 membres sont sûr de venir: Elixah, Krynn