Prélude

Noumaïos se figea soudain au milieu du chemin et porta alentour son oeil acéré. L'imperceptible froissement des bruyères n'était plus qu'à quelques coudées... Le chasseur posa précautionneusement un genou sur la terre ocreuse, et ramassa dans l'ornière une pincée de fiente encore chaude qu'il monta à ses narines. Fermant les yeux, il s'abandonna un instant à la vision que lui procurait l'odeur âpre et musquée; l'urus était un mâle dont l'instinct encore imprudent trahissait la jeunesse. Bien nourri d'herbes grasses et particulièrement aromatiques, l'animal n'avait sans doute jamais quitté les abords d'Aggartha. Au vu du mol monticule, la bête devait peser pas loin de dix talents, de quoi nourrir la tribu jusqu'aux portes de la Cité de la Mère...

Le guerrier empoigna le long couteau qu'il portait à la ceinture et d'un bond félin roula dans les genêts. Les épines assoiffées lacéraient sa chair; douleur... Quelle impression étrange et délicieuse, oubliée depuis si longtemps. Aggartha, la ville des sens et des plaisirs, était proche à présent et le corps de Noumaïos semblait se réveiller, rendant grâce à la Déesse Féconde de mille nuances grisantes. L'auroch, occupé à paître sous le couvert des cèdres, émit un grognement de surprise, mais le colosse avait déjà bondi sur sa proie. La lame acérée perfora plusieurs fois la gorge du gibier dont le sang se répandit en cascade sur un genévrier.

Surgissant alors des buis voisins, le reste de la tribu se précipita pour achever le futur festin. De la clameur joviale s'éleva bientôt le nom de Noumaïos qui porta son regard à l'horizon, vers les remparts d'Aggartha et les tours gigantesques du Temple du Codex. Il était leur champion, Le champion, celui qui remporterait la Bacchanale. Au terme de cet instant tant attendu, il allait s'offrir à Elle... et Elle serait sienne!

Contexte

On dit que les hommes, dans leur immense vanité, se sont pris pour des dieux. On dit que les faiseurs de miracles et autres faiseurs de prodiges furent aveuglés par leurs pouvoirs. On dit qu'ils détournèrent les dons que la Mère leur avait confiés pour pervertir le monde. On dit que leur folie les a conduit jusqu?au Grand Cataclysme. Mais le souvenir des âges qui ont précédé ces jours funestes se perdent dans les brumes de l'oubli.

D'après le Codex, sages parmi les sages, le monde d'avant le Grand Cataclysme était agréable. Tous bénéficiaient de l?amour de la Mère et des bienfaits de ses pouvoirs. Les hommes cultivaient une terre fertile et élevaient des animaux débordant de santé. Les femmes pouvaient donner la vie. La paix et l'harmonie étaient la règle. Et la mort paisible était la juste récompense d'une vie bien remplie.

Aujourd'hui, les hommes mènent un combat de tous les instants dont le seul enjeu est la simple survie. Les guerres font suite aux guerres. Les famines font suite aux famines. Toute source de nourriture est âprement disputée par les Tribus. Les Non-Humains, privés de l?amour de la Mère et voués à l?extinction, mènent des assauts féroces et désespérés uniquement guidés par une haine aveugle. La semence des hommes n'est que poussière et le ventre des femmes n'est que désert aride. Nul ne peut espérer connaître aucun plaisir. Nul ne peut espérer connaître le repos dans la mort.

Seule lueur d'espoir, la Mère qui veille avec une sévère bienveillance sur ses enfants les Hommes. Elle est la Génitrice, la seule à pouvoir donner la Vie dans ce monde. De son union avec l'homme au plus fort potentiel, naît l'avenir et l'espoir de l?humanité.

Chaque ode, Aggartha, la mythique cité de la Mère, ouvre ses portes pour accueillir les représentants des Tribus lors de la Bacchanale. Cette cérémonie est l'occasion pour chacun d'être baigné par l'aura de la Mère et de goûter un instant de repos et de plaisir. Sous le regard juste et bienveillant du Codex, la Voix de la Mère, les champions de chaque tribu s'affrontent au cours d'épreuves diverses imposées par la Mère. Le vainqueur sera le Géniteur, son destin sera de s?accoupler avec la Mère et d'être le père de la future humanité.

Le GN

Au crépuscule de l'humanité, dans un monde maudit, les Tribus mènent une lutte âpre pour leur simple survie. Seule lueur d'espoir, la Mère, la porteuse de Vie, veille avec une bienveillance sévére sur ses enfants, les Hommes. De son union avec l'homme au plus fort potentiel naît l'avenir de l'humanité.

Venez affronter les champions des Tribus en une héroïque olympiade. Venez découvrir les secrets et les mystères de la mythique Aggartha, la cité de la Mère...

In Cauda Venenum est un GN d'inspiration antique, à l'ambiance sombre mais néanmoins bon enfant (!) et aux thèmes matures sans complexe. Une large place sera faite à l'ambiance et aux circonvolutions scénaristiques (très nombreuses!) dans ce monde riche et empli de mystères et de dangers.

Vous avez le droit d'avoir peur...

Tarifs

Membres des Deux Tours:
avant le 14/07: 50 ?
sur site: 60 ?
Non-membres: +8 ? d'adhésion obligatoire

Localiser avec ViaMichelin.fr

Êtes-vous intéressé par cet événement?